IVG - PRISE EN CHARGE

L’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse, c’est-à-dire 14 semaines depuis les dernières règles.

Vous trouverez dans les onglets ci-dessous, des informations sur le déroulement et la prise en charge de l’IVG.

Les listes des centres et professionnels pratiquant l’IVG dans le Réseau Périnatal Alpes-Isère se trouvent dans la page « coordonnées » sous la rubrique IVG du menu.

Déroulement
2 méthodes
Après l'IVG

IVG : quelle prise en charge ?

En France, la loi autorise les Interruption volontaires de grossesse (IVG) jusqu’à 12 semaines de grossesse soit 14 semaines d’aménorrhée (SA). Deux méthodes sont possibles : la méthode médicamenteuse et la méthode instrumentale.

déroulement

Une 1ère consultation d’information sur les méthodes est nécessaire avant une IVG. Elle peut être réalisée par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme, en ville (qui dans ce cas devront vous remettre une attestation) ou dans un Centre d’IVG.

Une 2ème consultation se fera directement au Centre d’IVG ou chez un médecin pratiquant les IVG en ambulatoire.

Lors de ces consultations, une échographie sera pratiquée ou prescrite afin de préciser l’âge de la grossesse (elle peut être réalisée en ville ou lors du 1er RDV au centre d’orthogénie).

Ces consultations peuvent également être l’occasion de dépister les infections sexuellement transmissibles et de réaliser un frottis du col de l’utérus. N’hésitez pas à parler de vos interrogations ou de manifestations anormales : pertes, brûlures, démangeaisons, saignements ou douleurs.

Un entretien avec une Conseillère Conjugale et Familiale (CCF) ou une psychologue vous sera également proposée. Cette consultation est gratuite.

Quelle que soit la méthode utilisée, une visite de contrôle est indispensable dans les 2 à 3 semaines qui suivent l’IVG pour s’assurer de l’efficacité de la méthode et de l’absence de complications.

Pour les mineures :

Un véritable anonymat est garanti pour les jeunes femmes mineures qui le demandent, et cela, quel que soit le lieu de réalisation de l’IVG.

* Si vous souhaitez garder le secret vis-à-vis de vos parents, vous devrez vous faire accompagner dans votre demande d’IVG par une personne majeure dite majeure référente.

* L’entretien avec une Conseillère Conjugale ou une psychologue est obligatoire (une attestation de consultation vous sera délivrée).

En pratique :

Il est impératif de vous munir d’une pièce d’identité, de votre carte vitale (si vous en avez une) et de votre carte de groupe sanguin (une prise de sang sera prescrite si vous n’en avez pas). Si vous êtes de Rhésus négatif un traitement vous sera prescrit afin de prévenir des complications lors d’éventuelles futures grossesses.

ivg : les différentes méthodes

LA MÉTHODE MÉDICAMENTEUSE

Elle peut être réalisée jusqu’à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines d’absence de règles) : elle consiste à prendre un premier médicament (mifepristone) suivi 24 à 48 heures plus tard d’un second médicament (misoprostol). Cette méthode est efficace dans 92 à 98 % des cas.

  • L’IVG médicamenteuse est possible jusqu’à 5 semaines de grossesse (soit 7 semaines d’absence de règles) en cabinet médical (médecin ou sage-femme) : https://www.ivglesadresses.org/
  • L’IVG médicamenteuse est possible jusqu’à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines d’absence de règles) en établissement de soin.

 La prise de MIFEPRISTONE favorise les contractions utérines et l’ouverture du col. Après la prise de MIFEPRISTONE, il n’y a habituellement pas de réactions importantes. Vous pouvez mener vos activités normalement. Vous pouvez saigner un peu. Rarement on observe des saignements plus abondants et quelques douleurs. Très rarement, l’avortement peut avoir lieu à ce stade.

En cas de vomissements dans les 2 heures suivant la prise, Il faudra recontacter le CIVG afin de reprendre le traitement.

 La prise du MISOPROSTOL, 24 à 48 heures plus tard, va entrainer des contractions utérines et permettre l’avortement. Après  5 semaines de grossesses, une surveillance de 3 heures minimum à l’hôpital est nécessaire.

Le MISOPROSTOL provoquent des douleurs ressemblant aux douleurs de règles, parfois plus intenses. Il est conseillé de prendre à l’avance le traitement prescrit contre la douleur. Des nausées, des vomissements, de la diarrhée ou un peu de fièvre sont possibles. Ces symptômes sont de courte durée. Les saignements vont survenir rapidement (le plus souvent entre 30 minutes et trois heures) mais parfois plus tardivement. Ils sont souvent plus abondants que les règles avec des caillots. Cela peut être impressionnant mais c’est normal. Vous pourrez peut-être distinguer le sac de grossesse qui se présentera comme une boule gélatineuse de 1 à 2 centimètres.

A votre sortie de l’Hôpital, prévoyez de rester chez vous avec la possibilité de téléphoner, et quelqu’un avec vous. Vous pouvez manger et boire. Il est normal de saigner pendant une quinzaine de jours, la première semaine comme des règles ensuite comme des fins de règles. Parfois des pertes de sang peu abondantes persistent jusqu’aux règles suivantes.

 Ce qui doit vous alerter :

– Si 3 jours après la prise des comprimés vous n’avez pas saigné ou très peu, appelez le centre avant la visite de contrôle.

– Si vous saignez trop abondamment (nécessité de changer de protection « super » toutes les ½ heures pendant plus de deux heures), il faut vous rendre au service des urgences.

LA MÉTHODE INSTRUMENTALE

Elle peut être réalisée avec anesthésie locale ou sous anesthésie générale jusqu’à 12 semaines de grossesse (14 semaines d’absence de règles) : Il s’agit d’une intervention d’une quinzaine de minutes qui consiste en une aspiration du sac de la grossesse lors d’une courte hospitalisation.

Un traitement vous sera prescrit avant l’intervention afin de préparer  le col avant l’intervention.

Si l’intervention se fait sous anesthésie générale : 

Une consultation avec le médecin anesthésiste et un prélèvement sanguin sont nécessaires. Il faudra :

– Rester A JEUN (ne pas avoir bu, mangé, ou fumé dans les 12 heures précédant l’intervention).

– Être accompagnée dès la sortie du service, ne pas conduire et ne pas rester seule la nuit suivant l’anesthésie

Votre sortie aura lieu minimum 2 heures après l’intervention si votre état de santé le permet et après passage du médecin.

Si l’intervention se fait avec anesthésie locale : 

Vous pourrez boire et manger légèrement. Votre sortie aura lieu environ 1 à 2 heures après l’intervention si votre état de santé le permet et après passage du médecin.

QUEL EST LE DÉLAI LÉGAL POUR PRATIQUER UNE IVG ?

En France, le délai légal pour avorter dépend de la méthode choisie :

  • L’IVG médicamenteuse est possible jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit 7 semaines après le début des dernières règles. Si l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse est pratiquée dans un établissement de santé, ce délai peut s’étendre à 7 semaines de grossesse soit 9 semaines après le début des dernières règles.
  • L’IVG instrumentale (par dilatation du col et aspiration du contenu de l’utérus) peut être réalisée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles.

Pour vérifier l’âge de la grossesse, une datation est effectuée avant l’IVG, le plus souvent au moyen d’une échographie. Celle-ci permet ensuite au médecin et à l’intéressée de choisir la technique d’IVG la plus adaptée à la situation.

APRES L’IVG MÉDICAMENTEUSE OU INSTRUMENTALE :

  • Il est normal de saigner comme des règles pendant 1 semaine avec parfois quelques caillots de sang. Des saignements minimes peuvent persister jusqu’aux règles suivantes.
  • Si vous êtes inquiète, si des douleurs importantes, de la fièvre, des pertes malodorantes ou des saignements beaucoup plus abondants que les règles persistent plus de 24 heures, contactez le centre. Si le centre est fermé, présentez-vous aux urgences.
  • Il est recommandé d’éviter les tampons, les bains et les rapports sexuels 7 jours après l’IVG.
  • Une visite de contrôle aura lieu 15 à 20 jours plus tard, C’est aussi à ce moment que le médecin vous propose un moyen contraceptif adapté à votre situation.

LA CONTRACEPTION APRES L’IVG

Une nouvelle grossesse peut survenir rapidement en l’absence de contraception.

Si vous avez choisi une pilule ou un patch contraceptif : ils seront à commencer le soir ou le lendemain matin de l’IVG.

Si vous avez choisi un anneau vaginal : Il faudra l’insérer 5 jours après l’IVG.

Si vous avez choisi un DIU : Il sera posé lors de l’intervention ou à la visite de contrôle en cas d’IVG médicamenteuse.

Si vous avez choisi un implant : Il sera posé de préférence le jour de l’IVG ou à la visite de contrôle.